Parking d’Y-parc

Je pose ma deuxième question qui concerne le parking d’Y-parc.

Comme beaucoup d’Yverdonnois, je passe régulièrement à Y-parc et je constate que le parking relais du parc scientifique est désespérément vide. Il me semble bien avoir compté un record de six voitures.

Le groupe UDC s’était prononcé contre la création de ce parking qu’il jugeait inutile et trop onéreux pour les finances communales.

Je m’étais opposé au sein de la COFI à ce projet en vain.

Force est de constater que nos craintes se sont réalisées. Le parking ne sert à personne et il est déserté par les utilisateurs.

Je vous rappelle que cet investissement de CHF 790’000 comprend notamment 152 places de parc pour les voitures, et des places pour vélo.

Que ce parking est temporaire et qu’il sera démantelé dans quelques années.

De plus une ligne de bus avec un arrêt a été mise en service pour répondre aux besoins des utilisateurs. Ligne que nous payons, citoyens yverdonnois en finançant le déficit grandissant de Travys.

Au bas mot, l’opération parking vide d’Y-parc nous coutera 1,5 millions selon nos estimations.

Mes questions sont les suivantes :

Pouvez-vous nous préciser le taux de fréquentation exact du parking ainsi que les revenus générés par le parking ?

Avez-vous un plan pour améliorer le taux de fréquentation de ce parking ?
Ne serait-ce pas judicieux de terminer l’aventure « parking vide » le plus rapidement possible ?

Mme la Municipale Valérie JAGGI WEPF :

Alors, je vais vous faire une réponse circonstanciée. Mais je vais vous la donner quand même.

Le parking Park and Ride, alors contrairement à ce que vous dites, il n’y a pas six utilisateurs, il y en a dix, voilà. Dix utilisateurs à CHF120, ce qui représente CHF1’200 par année d’encaissement d’abonnements. Et puis, il y a CHF 1’360 de recettes de parcomètres, parce qu’il y a d’autres voitures qui vont de temps en temps se parquer.

Mais il faut relever qu’aujourd’hui, c’est beaucoup trop tôt, je crois que je l’ai déjà dit et redit dans cette salle, pour faire un constat, puisque toute la Ville n’est pas encore en macaron. Aujourd’hui, c’est évident que vous trouvez des places de parc encore gratuitement à un bout ou l’autre de la Ville. Et malheureusement et bien, on ne peut pas faire un constat. On pourra le faire quand les macarons seront mis en place dans toute la Ville pour vraiment être sûr de ça.

Par contre, je peux quand même vous dire qu’on a une société, comme quoi à force de faire de la pub et d’en parler, on a quand même une société, c’est un commerçant de détail, qui a contracté un macaron collectif en faveur de ses employés qui vont dans ce parking et qui après se rendent au travail qui est au centre-ville en covoiturage. Et puis, également une nouvelle société qui, depuis le 1er février, prend un plan de mobilité et les employés parqueront dans ce parking.

Donc voilà, et je vous rappelle quand même qu’on a Kindercity qui devrait arriver d’ici à peu près deux ans. Donc je pense qu’on ne peut pas non plus se dire qu’on ferme ce parking. Il faut nous laisser le temps de mettre les choses en place et quand tout sera en place, on pourra réellement faire un bilan de ce Park and Ride.

M. le Conseiller Roland VILLARD :

Alors je vous remercie, Mme la Municipale, pour ces réponses et je suis certain que les dix ou quelques utilisateurs de ce parking sont très contents de l’investissement que la Ville a fait.

Mais le groupe UDC continuera à se battre contre les projets motivés par de l’idéologie et qui manifestement ne répondent pas aux besoins des citoyens. Nous serons vigilants à l’avenir comme par le passé pour ne pas jeter l’argent de nos contribuables par les fenêtres.

M. le Conseiller Cédric PILLONEL :

Alors je voulais me lever pour remercier le Conseiller VILLARD pour son intervention. Comme je ne suis pas tout à fait d’accord avec la fin de sa conclusion, donc je me permettrai de le remercier que pour le début de son intervention.

Rappeler quand même que suite à une élection complémentaire, la Municipalité a changé complétement son fusil d’épaule et a décidé de geler l’instauration des macarons en ville. Ces fameux macarons qui auraient permis de permettre que, finalement les différents espaces et les places de parc à Yverdon, soient plutôt réservés pour la population, qui en a bien besoin, et que les pendulaires puissent utiliser le parking relais.

Donc en gros, le vide que constate notre collègue VILLARD, c’est un vide qui a été provoqué par une décision, peut-être tout aussi idéologique de la nouvelle majorité, qui souhaitait en fait ne pas continuer cette logique de macarons. Logique de macarons qui a été gelée pendant deux ans pour être réactualisée immédiatement après sans beaucoup plus d’explication, ce que je regrette comme le Conseiller VILLARD.

Be the first to comment on "Parking d’Y-parc"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*